Anaïs Coignac

Journaliste rédactrice

« La grande désobéissance, c'est de vivre sa vie », Imre Kertész

En 2009, elle s'installe à Paris après des études de droit à Nantes et quelques premiers reportages en Espagne. Les rédactions juridiques lui offrent ses premières piges. Des portraits d'avocats, de magistrats, des reportages dans les tribunaux, administrations et institutions indépendantes, des enquêtes approfondies qui font désormais son quotidien : violences policières, contrôle au faciès, réformes judiciaires, tests d'âge osseux sur les migrants, difficile parité dans la profession d'avocat, les circuits courts en matière de terrorisme, prise en charge des victimes, conditions de détention à Fresnes, class actions, legal process outsourcing, business developement etc...

Parallèlement depuis neuf ans, elle noircit ses carnets de reportages en France et à l'étranger. En Roumanie d'abord, à Sulina, un village insulaire du bout de l'Europe où l'arrivée du capitalisme a asséché certains espoirs post-Ceaucescu. Elle s'y rend pendant six ans avec le photographe Julien Pebrel. Et dès 2010 et jusqu'en avril 2016, dans le Haut-Karabagh, Etat non reconnu où les Arméniens reconstruisent un territoire entre guerre et paix. Dans le Caucase, ils s'intéressent à la désertion des hommes actifs en Arménie ou l'hégémonie russe en Abkhazie. Ils se tournent ensuite vers d'autres régions et enjeux internationaux. En Argentine sur le bilan socio-économique de l'ère Kirchner et le mouvement des usines récupérées par leurs employés. En Moldavie sur un peuple méconnu venu de l'Altaï, les Gagaouzes. Aujourd'hui, elle sillonne en Asie centrale, s'intéressant aux problématiques géopolitiques, sociales et culturelles du Kirghizistan. En France, elle travaille sur les réfugiés du Moyen-Orient, l'accueil de musulmans à Taizé, les exilés homosexuels, le traitement des violences quotidiennes, les déserts médicaux, des sujets liés à la justice... Tous ces travaux ont été publiés dans Géo, M le Monde, GQ, Causette, Néon, Pèlerin, Grazia, Alternatives internationales, Châtelaine, La Cité, Newsweek Japon, Vision magazine, Geographical magazine etc...

Enfin, depuis sept ans, elle écrit sur le spectacle vivant, en particulier le théâtre, des grands portraits d'artistes et des articles sur les tendances et créations dans le théâtre en France et à l'étranger (approche théâtrale des artistes palestiniens, censure en Russie, collaboration théâtrale franco-russe, liens entre cinéma et théâtre, histoire du Cours Florent...). Et parfois même, quelques critiques.

En somme, pigiste par conviction, elle organise son emploi du temps entre ses articles sur le monde de la justice (Dalloz, La Semaine juridique), deux collaborations avec des revues de spectacle vivant (Théâtre(s) magazine, La Scène), et ses reportages en France et à l'étranger pour la presse généraliste. Le tout rédigé dans la bonne humeur du Terrier au milieu de ses petits camarades.

Anaïs Coignac a obtenu deux fois la bourse Brouillon d'un rêve journalistique de la Scam. 

Contact : anaiscoignac@gmail.com


© 2009 leterrier.info - crédits développementRosaria Ribeiro [ air-o-k-re.com]